Combien de mammouths vécurent au Canada pendant des milliers d’années? Il est impossible de calculer leur nombre, mais l’ivoire de mammouth qu’on trouve dans le nord du pays est considérable (malheureusement, l’ivoire de mammouth se travaille plus difficilement que l’ivoire d’éléphant).

À Dawson city, la quantité d’ivoire fossile de mammouth qui circule annuellement se compte en milliers de tonnes. Des prospecteurs, des bûcherons ou des touristes découvrent régulièrement des défenses, des ossements, des vertèbres, ou même des squelettes complets de mammouths.

Notons qu’au Canada, la recherche scientifique et systématique de fossiles remonte à 1797, quand le célèbre géographe et cartographe canadien David Thompson quitte la Compagnie de la Baie d’Hudson et va travailler pour la Compagnie du Nord-Ouest.

À l’honneur de la Compagnie du Nord-Ouest, on peut noter que parmi les instructions reliées à la cartographie et au commerce des fourrures, on trouve aussi: “Dans l’intérêt de la science et de l’histoire, vous devrez chercher les fossiles de gros animaux ainsi que les monuments.”

David Thompson voyage donc dans l’Ouest canadien, mais sans découvrir de fossiles. Ce n’est qu’à la fin des années 1840 que l’on voit apparaître les premiers ossements de mammouths.

C’est Robert Campbell, commandant de la Compagnie de la Baie d’Hudson au Yukon, qui découvre un squelette complet de mammouth dans de la tourbe gelée, au confluent des rivières Yukon et Pelly, non loin du fort Selkirk. Il fait expédier un os de la jambe au British Museum, où les experts l’attribuent au Mammuthus primigenius, le mammouth laineux.

Il faut souligner qu’à cette époque couramment appelée l’Âge des mammouths, de nombreux animaux coexistaient au Canada. Ainsi, selon M. John Storer, paléontologue et directeur du Centre d’interprétation de la Béringie à Whitehorse, on a répertorié sur le territoire du Yukon 62 espèces de mammifères fossiles datant de la dernière glaciation.