La locomotive à vapeur fait son apparition en Grande-Bretagne en 1830. Dès 1836, le magnat montréalais John Molson et un groupe de marchands du Québec financent la construction du premier chemin de fer, le Champlain and Saint-Lawrence Railroad. Cette première ligne reliait la ville de La Prairie à celle de Saint-Jean-sur-Richelieu pour transporter des marchandises.

La deuxième ligne de chemin de fer canadienne est ouverte dans les Maritimes le 19 septembre 1839. Il s’agit de l’Albion Mines Railway, en Nouvelle-Écosse, qui desservait les mines Albion. La locomotive apportait le minerai vers les quais de chargement de Dunbar Point, près de la ville de Pictou. Le parcours était long de 10 kilomètres.

En 1847, un court tronçon de 12 km est ouvert à Montréal, mais c’est surtout la ligne Montréal-Portland, dans l’État du Maine, d’une longueur de 120 kilomètres, qui retient l’attention. Conçue par John A. Poor, de Portland, et l’entrepreneur canadien Alexander Tilloch Galt, cette ligne devait assurer à Montréal une ouverture sur l’océan. Quant à Portland, cette ville de la côte est américaine recevait ainsi un accès rapide à l’intérieur du continent. La construction de ce chemin de fer ne sera achevé qu’en 1853.

À la même époque, le Great Western Railway est construit en Ontario. Les travaux débutent en octobre 1849 pour finir en janvier 1854. Cette voie relie Niagara Falls à Windsor.

Mais tous ces projets n’étaient que le prélude à la réalisation d’un projet ambitieux et gigantesque qui visait à relier les différents territoires de l’Amérique du Nord Britannique (futur Canada) d’un océan à l’autre. Ce projet, cependant, ne sera réalisé que vers la fin du XIXe siècle.

Lire aussi :