La capitale de Terre-Neuve-et-Labrador est Saint-John’s.

Son histoire

Le nom de la ville provient sans doute de Saint-Jean-Baptiste. Il existe la cathédrale anglicane Saint-Jean-Baptiste et la basilique catholique du même nom qui attestent de la présence du saint. Certains pensent que la ville a été nommée d’après la date de sa découverte, le jour de la Saint-Jean-Baptiste.

La ville est née en 1583 quand Sir Humphrey Gilbert prit possession de l’île de Terre-Neuve au nom de la reine Elisabeth Ière d’Angleterre. Des pêcheurs normands, bretons, portugais et anglais y hivernaient déjà mais en 1583, les premières constructions permanentes furent érigées.

La ville vit de la mer grâce à la pêche, la prospection pétrolière, et l’entretien de navires de nombreux pays. La ville dispose d’importantes réserves de pétrole off-shore. Les lieux à voir sont assez concentrés sur Water Street et ses alentours : Murray Premises, Newfoundland Museum (il retrace l’histoire de la province depuis 9000 ans) et le Front de mer.

Ses attraits

Murray Premises : au coin de Beck’Cove, ces locaux en brique sur armature de bois sont les seuls vestiges des grands bâtiments destinés au commerce et au conditionnement du poisson. Ils ont été construits en 1846. On s’y activait pour expédier de la morue aux 4 coins de monde. En 1892, un incendie ravagea les deux-tiers de la ville et une grande partie de ce secteur de la ville

Dans George Street, coeur de la vie nocturne, on peut voir à côté de l’hôtel de ville, une borne qui indique le point de départ (Mile 0) de la Transcanadienne qui rejoint Victoria en Colombie-Brittanique, à 7500 km de là.

East End : ce quartier a des ruelles pavées et d’élégantes demeures. On y trouve la résidence du lieutenant-gouverneur de la province.

The Battery : ce sont des maisons colorées accrochées aux falaises abruptes du port. L’aspect et l’ambiance de ce quartier sont ceux d’un village de pêcheurs du XIXe siècle. Le quartier doit son nom aux fortifications.

Signal Hill : cette colline rocheuse offre une vue panoramique spectaculaire de l’Atlantique. La tour Cabot Tower fut bâtie au sommet de la colline en 1897 pour le 400e anniversaire de l’arrivée du navigateur italien Jean Cabot. Guglielmo Marconi capta ici en 1901 le premier message transatlantique envoyé par radio. Dans ce parc sauvage, prospèrent les gaulthéries et sorbiers, végétation caractéristique de Terre-Neuve.

Front de mer : Water Street est la plus vieille rue d’Amérique du nord, elle date de la fin du XVIe siècle quand le commerce n’en était qu’à ses débuts. On y trouve le Court House, tribunal érigé en 1901 où siégeait autrefois le conseil des ministres.

Dans Duckworth Street : musée de Terre-Neuve, il y a de nombreuses collections sur la faune, la flore et l’histoire, ainsi que sur les Beothuks, premiers habitants de l’île et les Inuits du Labrador. Au-dessus de Duckworth Street, un quartier aux rues pentues avec des maisons à bardeaux a un charme particulier.

Pippy Park : parc naturel de 1400 hectares à 4 km du Centre-ville. On y rencontre des orignaux en liberté. On y trouve le jardin botanique local, aini que le Fluvarium, qui propose trois étages d’exposition sur les poissons, les plantes, les marais et une installation où 9 hublots permettent d’observer sous l’eau l’activité naturelle d’un ruisseau à truites.

On y note une grande variété de bateaux : bateaux de pêche, de recherches océanographiques, pétroliers, cargos, navires de guerre. Des voiliers accueillent les visiteurs désireux de découvrir les baleines, les morues (avec contact tactile) et les icebergs.

The Rooms : édifice construit en 2005, il accueille le musée provincial, le musée d’art et les Archives. Ses vastes bâtiments symbolisent les ” chambres ” où les familles venaient autrefois traiter leur pêche.

Commissariat House : fermé d’oct à mai, il a une structure géorgienne en bois, datant de 1820, l’édifice abrita la garnison britannique jusqu’à son départ en 1870.

Le festival Tuckamore a lieu au mois d’août.

Site internet : www.stjohns.ca