Le Lac La Ronge est situé dans la partie nord de la province de la Saskatchewan. En anglais, on dit et écrit Lac La Ronge Lake, le vocable “lac” fait donc partie du nom de l’entité.La superficie du Lac La Ronge atteint 1414 kilomètres carrés. Il est peu profond, 10 mètres environ en moyenne, mais par endroit, il atteint les 25 mètres de profondeur.

Le lac est considéré comme l’un des plans d’eau les plus beaux au Canada. Un peu partout on aperçoit des rochers pittoresques, recouverts de lichens et de petits buissons. Le lac est parsemé de plus de mille îlots. Un nombre infini de ruisseaux et de rivières s’y déversent, formant des rapides et de belles cascades, dont les cascades de Nistowiak, les plus grandes en Saskatchewan.

La ville de La Ronge a une population d’environ 5 mille résidents en incluant les communautés amérindiennes qui font partie de l’agglomération.

Le Lac La Ronge a toujours été un lieu d’habitat des nations amérindiennes. Les Cris et Les Dénés y pêchaient et chassaient aux alentours. Les Blancs viennent au milieu du XVIIIe siècle et en 1770, l’explorateur Étienne Waden y fait construire le premier poste de traite pour échanger des marchandises et des des peaux de castor.

Le parc provincial du Lac La Ronge s’étire sur les berges du lac. Aujourd’hui, tout ce territoire est très prisé par les pêcheurs sportifs, ainsi que par les amateurs de kayak et de canot. En hiver, les environs du lac deviennent le royaume des skieurs de fond.

Par ailleurs, les amateurs d’histoire trouveront des vestiges du poste de traite et des hameaux amérindiens. Des pictogrammes anciens, laissés par les Amérindiens (peintures murales) sont conservés et peuvent être observés sur les murs rocheux à l’embouchure de la rivière Churchill qui se déverse dans le lac.

Sur une île du lac se trouve l’église anglicane de la Sainte Trinité (Holy Trinity Anglican Church), le bâtiment le plus ancien de la Saskatchewan. Cette église, érigée entre 1854 et 1860, dessert encore aujourd’hui les paroissiens dans des occasions solennelles, même s’il faut traverser 500 mètres d’eau pour s’y rendre