Le lac Athabasca (Athabasca Lake), situé dans le nord-ouest de la Saskatchewan et le nord-est de l’Alberta, est le quatrième plus grand lac au Canada. Avec une superficie de 7850 kilomètres carrés, il s’étend sur environ 238 kilomètres et sa largeur maximale atteint 50 kilomètres. Quant à sa profondeur maximale, elle est de 124 mètres, ce qui en fait le lac le plus profond des provinces de la Saskatchewan et de l’Alberta.

Le nom du lac Athabasca vient des Amérindiens Cris des Bois (ou Nehiyawak) et signifie “là où il y a un grand nombre de roseaux”. Sur la carte de Peter Fidler, dressée en 1790, il apparaît sous la forme Great Arabuska. Le nom, avec une transcription plus fidèle de la langue crie fut utilisé pour la première fois par Philip Turnor, cartographe de la Compagnie de la Baie d’Hudson, en 1791. En 1801, l’orthographe change pour Athapascow et depuis 1829, dans les rapports publiés par George Simpson qui a exploré cette région, le nom actuel apparaît finalement.

Le lac Athabasca est alimenté par un grand nombre de rivières et de ruisseaux, dont la rivière Athabasca, la rivière Des Rochers et la rivière Mackenzie.

Parmi les villes qui se dressent autour du lac, on peut citer Uranium City, située en Saskatchewan et fondée autour de l’industrie minière, la dernière mine d’uranium a fermé ses portes dans les années 1980; ainsi que Fort Chipewyan, un des premiers postes européens en Alberta, sur le littoral ouest; et Fidler Point, sur le littoral nord, nommé d’après l’explorateur Peter Fidler.

Il faut souligner que les dunes de sables du lac Athabasca sont parmi les plus hautes au monde. Depuis 1992, le site est devenu le parc provincial de la Nature Sauvage (Provincial Wilderness Park).

Notons finalement que le lac Athabasca contient de nombreuses espèces de poissons. Selon Gordon Johnston, la truite la plus grosse au monde y a été pêchée en 1961 (It Happened in Canada, de Gordon Johnston, éd : Scholastic Canada, 1985, page 4), le poids du poisson était de 45,3 kilogrammes.