La ville d’Innisfil regroupe plus de 32 mille résidents permanents. En été, près de 5 mille vacanciers viennent les rejoindre, en provenance principalement de Toronto qui se trouve à proximité.

C’est en 1820 que les terres sur lesquelles la ville d’Innisfil sera fondée furent arpentées pour la première fois. Avant cette date, la région était habitée par des Hurons. Les premiers colons européens y arrivent en 1820, et vers la fin de cette décennie, on y compte plusieurs dizaines de maisons et un moulin a scie. La première école est construite en 1838. Le recensement de 1842 montre que la population de la ville est déjà de 762 personnes.

La plupart des colons construisent leurs demeures sur les berges du lac Simcoe et de la baie Kempenfelt.

En  1850, la ville d’Innisfil est incorporée. À la même époque, l’arrivée du chemin de fer de la Simcoe and Huron Railway (qui deviendra plus tard la Northern Railway) contribue à l’essor de la ville.

Lors de la première moitié du XXe siècle, Innisfil devient une ville de villégiature renommée. Aujourd’hui, la plupart des cottages, chalets d’été et autres maisons de vacances ont été transformées en résidences principales.

La ville d’Innisfil est connue à travers la province de l’Ontario pour ses magasins d’antiquités regroupés dans le quartier de Cookstown, ainsi que pour la gigantesque vente de garage Wing-Ding qui s’y tient lors du premier week-end de juin, sans oublier la Foire de Cookstown, célébrée en septembre.

Emily Murphy, qui a lutté pour les droits des femmes au Canada, est née à Innisfil (dans l’actuel quartier de Cookstown). Elle fut la première femme nommée chef de la police au Canada et dans tout l’empire britannique, en 1916.

www.town.innisfil.on.ca/

Lire aussi :