Chatham-Kent est une municipalité de la province de l’Ontario, créée en 1998 après la fusion de vingt-trois villages et petites villes, dont le noyau urbain de Chatham qui à lui seul regroupe plus de la moitié des ses 110 mille habitants. Ensuite viennent le secteur de Wallaceburg, avec environ 12 mille résidents, et celui de Blenheim, où vivent plus de 5 mille personnes.

La ville de Chatham, qui se dresse judicieusement entre les lacs Huron et Érié, et qui est traversée par les rivières Thames et Sydenham, est née suite à la fondation d’un chantier naval vers la fin du XVIIIe siècle. Cet emplacement fut choisi en raison de la profondeur de la rivière Thames à cet endroit. Notons au passage que la ville anglaise de Chatham, dans le Kent, possède aussi de nombreux chantiers navals, ce qui a peut être influencé le choix du nom de la municipalité.

Lors de la Guerre de 1812-1814 contre les envahisseurs américains, le 5 octobre 1813, la Bataille de la Rivière Thames se déroula à cet endroit, notamment entre les secteurs actuels de Moraviantown et de Thamesville.

Durant la première moitié du XIXe siècle, Chatham faisait partie du célèbre Chemin de fer clandestin organisé par des abolitionnistes américains qui aidaient les esclaves noirs à fuir le sud des États-Unis. C’est pourquoi on y voit plusieurs sites historiques témoignant de cette époque lointaine, la ville faisant d’ailleurs partie du Tour Patrimonial Africain-Canadien (African-Canadian Heritage Tour).

La maison de Josiah Henson, dont s’inspira Harriet Beecher Stowe pour son célèbre roman La case de l’Oncle Tom (Uncle Tom’s Cabin), se trouve dans le secteur de Dresden. Le révérend Henson, qui était lui-même un ancien esclave né au Maryland, y fonda en 1841 l’Institut anglo-américain, qui servit de refuge à un grand nombre d’esclaves venus des États-Unis.

Le 16 octobre 1859, c’est de l’église baptiste de Chatham que John Brown est parti avec d’autres abolitionnistes pour attaquer l’arsenal de l’Harper’s Ferry, en Virginie, le 16 octobre 1859. C’est parmi les habitants de Chatham qu’il a recruté ses hommes. Ce raid est considéré comme la première action de la guerre civile américaine, et la chanson John Brown’s body «Le corps de John Brown gît dans la tombe. Son âme, elle, marche parmi nous» est devenue l’hymne des troupes américaines qui luttaient contre l’esclavage.

Chatham-Kent est majoritairement anglophone, mais des familles de fermiers francophones vivent à Pain Court, Tilbury et Grande Pointe. Selon le recensement de 2006, environ 8500 résidents de Chatham-Kent parlent le français au sein de leur famille.

On trouve sur le territoire de la municipalité deux parcs provinciaux : le parc de Rondeau et le parc de Wheatley et un parc national : le parc national Point Pelee.

Au Canada, Chatham est connue également par son Rockstock, un rendez-vous musical de deux jours qui se tient près de l’aéroport municipal de Chatham.

Site web de l’agglomération de Chatham-Kent: www.chatham-kent.ca