Selon la revue Canadian Geographic, édition de mars/avril 2005, page 94, le petit village de Peggy’s Cove, en Nouvelle-Écosse, où l’on ne compte qu’une cinquantaine d’habitants, occupe la 8e place parmi les plus beaux endroits au Canada.

Peggy’s Cove est situé sur la côte est de la baie St. Margarets, à 43 kilomètres au sud-ouest d’Halifax, sur la péninsule de Chebucto. Son nom est inspiré de celui de la baie, le nom Peggy étant un diminutif de Margaret.

Le village naît en 1811. Ses premiers résidents sont six familles d’immigrants allemands qui y élèvent des vaches, construisent une école et une église, fondent une usine de conservation du homard et l’un des premiers magasins généraux.

Au fil des ans, un grand nombre d’artistes découvrent la beauté de Peggy’s Cove et la rendent célèbre, ce qui n’est pas sans attirer une multitude de touristes. Aussi l’agriculture, l’élevage et la pêche cèdent-elles peu à peu la place à l’industrie touristique.

Aujourd’hui, Peggy’s Cove est l’une des rares municipalités canadiennes où le développement résidentiel et commercial est banni et où l’accès à la propriété est restreint afin d’éviter une surenchère des prix.

Les côtes, composées de rochers de granit arrondis par les vagues de l’océan Atlantique, sont particulièrement photogéniques, de même que l’ensemble du village. En 1962, les roches ont été déclarées site de conservation. Le paysage fut formé par le passage des glaciers il y a 20 mille ans.

Le phare de Peggy’s Point est l’une des attractions touristiques les plus connues en Nouvelle-Écosse. Il abrite aussi un bureau de poste. Notons aussi que l’amplitude des marées à Peggy’s Cove varie de 1,5 à 2 mètres.

Malheureusement, c’est au large de Peggy’s Cove que le 2 septembre 1998 s’est écrasé le Vol 111 de la compagnie Swissair.