Pendant longtemps, le village de Saint Martins, paisible communauté située dans la baie de Fundy à l’est de la ville de Saint-Jean, dans le sud de la province du Nouveau-Brunswick, fut l’un des principaux centres de la construction navale au Canada. C’est également dans cette région que l’on peut observer l’une des plus importantes marées au monde.

La population permanente de Saint Martins est d’environ 340 habitants, mais en été, des centaines voire des milliers de vacanciers viennent se joindre aux résidents.

Jusqu’au XXe siècle, la localité était également connue sous le nom malécite de Quaco (aujourd’hui, un arrondissement de St. Martins porte le nom de West Quaco). Les premiers colons sont des soldats loyalistes qui y émigrent après la guerre d’indépendance des États-Unis, en 1783. Dans la première moitié du XIXe siècle, on y construit plus de 500 vaisseaux. Le premier train arrive en 1879, ce qui contribue à l’essor du village, mais le 31 mai 1900, un grand incendie détruit la plupart des maisons du village.

Dans le port on peut admirer des dizaines de petits bateaux de pêche de différentes couleurs qui profitent généralement de la marée haute pour sortir en mer. Deux ponts couverts, un phare et des jardins encerclent le port, qui est considéré comme l’un des plus photogéniques du Canada.

Aujourd’hui, St. Martins, avec ses célèbres roches rouges, ses grottes, les Collines calédoniennes qui l’entourent, ses sentiers ornithologiques, ses maisons victoriennes, ses nombreuses galeries et boutiques, est de plus en plus populaire auprès des Canadiens, dont des milliers de Québécois, ainsi qu’auprès de ses voisins Américains et même des lointains Européens. De plus, St. Martins est la porte d’entrée du Sentier de Fundy.

Bref, depuis le début du XXIe siècle, St. Martins est devenu l’un des symboles des vacances au bord de la mer au Nouveau-Brunswick, et les cottages, les gîtes et les hôtels y sont nombreux.

Site officiel de la ville : http://www.stmartinscanada.com/