La Baie de Fundy, l’une des plus célèbres du littoral atlantique de l’Amérique du Nord, baigne les côtes des provinces du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, ainsi qu’une petite partie de celles de l’État américain du Maine. La baie mesure 270 kilomètres de long, pour une largeur moyenne de 80 kilomètres.La Baie de Fundy est le site des plus hautes marées au monde (mais certaines caractéristiques des marées de la Baie d’Ungava, dans le nord du Québec, sont assez proches).La Baie de Fundy a été désignée en juillet 2009 comme l’une des 28 finalistes d’un concours international à l’issu duquel seront déclarées en 2011 les sept nouvelles merveilles de la nature.

Quant à l’origine du nom de la baie du Fundy, il existe des versions différentes. Selon certains, le nom vient du mot français “fendu”, mais la plupart des historiens sont d’avis que c’est le mot portugais “fondo”, soit “profonde”, qui a été choisi pour désigner la baie par des pêcheurs portugais du XVIe siècle.

Notons que le premier nom “officiel” fut donné à la baie par Samuel de Champlain, qui l’a baptisée Baie Française en 1604.

Sur deux zones de la Baie de Fundy relativement petites, soit la Baie Shepody (Shepody Bay) et le bassin des Mines (Minas Basin), la Réserve naturelle de Western Hemisphere Shorebird a été aménagée. Cette réserve est gérée conjointement par les provinces du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse.

L’amplitude maximale des marées dans la Baie de Fundy est de 17 mètres. Cependant, le 4 octobre 1969, le niveau de l’eau est monté jusqu’à 21,6 mètres dans le bassin des Mines, lors du passage du cyclone Saxby Gale.

Afin d’exploiter la force de ces marées, des projets de construction de centrales hydrauliques sont à l’étude. Une petite centrale expérimentale de 18 MW est déjà installée à l’embouchure de la rivière Annapolis (dans le village d’Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse).