Le terme woonerf provient du néerlandais. Formé de woon (de wonen qui signifie habiter) et de erf qui signifie cour. On peut en dégager le sens de «cour résidentielle». Il s’agit d’un aménagement de la rue qui permet aux piétons de prendre le dessus sur la circulation.

L’automobile doit y circuler à vitesse réduite dans un espace devenu propice à la tenue de diverses activités. L’objectif général du woonerf est l’amélioration de la qualité de vie des quartiers.

Le woonerf est un type de projet d’urbanisme qui est apparu vers la fin des années 1960, tandis que les villes étaient progressivement envahies par l’automobile. Nick de Boer aménage le premier en 1968, à Emmerhout aux Pays-Bas. Il prévoit des sentiers exclusivement piétonniers tandis que les résidences sont implantées le long d’une série de petites places qui forment une grande cour. Dans ce cas, le woonerf est un espace privé réservé aux résidents.

Woonerf Saint-Pierre, vue d'ensemble

Vue d'ensemble du Woonerf Saint-Pierre à Montréal

Le deuxième modèle de woonerf a été élaboré par Joost Vahl, qui a adapté différemment les principes du woonerf. Pour Joost Vahl qui a développé des woonerfs dans la ville de Delft, il faut combiner la circulation motorisée et la circulation piétonne dans un seul espace. Cette deuxième version du woonerf fait cohabiter les divers usagers de la route.

Par la suite, le woonerf s’est implanté dans plusieurs autres pays. Toutefois, son succès a diminué dans les années 1980, à cause notamment d’une tendance à séparer, dans deux univers distincts, les espaces publics et les espaces privés des secteurs résidentiels. Depuis 2000, on observe un regain d’intérêt pour le woonerf. Au Québec où il est encore rare, on rapporte deux projets l’un à Québec : la rue Sainte-Claire partagée, et l’autre à Montréal : la ruelle du collecteur Saint-Pierre qu’on va examiner maintenant.

Pavage alvéolé du woonerf Saint-Pierre

Pavage alvéolé signalant le woonerf Saint-Pierre

La ruelle du collecteur Saint-Pierre se trouve dans le quartier Saint-Henri à Montréal, entre les rues Sainte-Marie et Saint-Ambroise (arrondissement du Sud-Ouest). Dans la lutte contre les îlots de chaleur, l’arrondissement a obtenu en 2010 une subvention afin de transformer une ruelle complètement asphaltée en un espace plus vert. Cependant, pour répondre aux besoins des résidents de pouvoir se garer, l’arrondissement a aménagé un woonerf, permettant ainsi à la population résidente d’utiliser la ruelle pour la pratique de diverses activités et aussi comme lieu de stationnement.

Cette ruelle, très large et longue de 700 mètres, a été créée au début de 1900 lorsque la ville a transformé la rivière Saint-Pierre pour en faire une conduite d'égout. Transformée en woonerf, la ruelle sera déneigée en hiver. Un pavé alvéolé a déjà été mis en place, identifiant de manière visuelle les limites du woonerf. Ce printemps 2013, l'aménagement urbain a commencé : des bancs, des poubelles, des bacs de récupération et des bacs à fleurs seront installés. Des arbustes ont déjà été plantés et des arbres le seront bientôt.

Allée centrale réservée aux piétons du woonerf Saint-Pierre

Allée centrale réservée aux piétons du woonerf Saint-Pierre

C’est le premier woonerf officiel à Montréal, une rue où piétons, cyclistes et automobilistes devraient pouvoir cohabiter.

Photographies : Copyright © PlanèteCastor

Lire aussi :