Le Montréal de Leonard Cohen

La ville de Montréal, au Québec, est connue pour bien des raisons : l’Expo 67, le smoked meat, les Jeux Olympiques de 1976, le bed-in pour la paix de John Lennon et Yoko Ono… Mais sait-on que c’est aussi la ville natale du musicien Leonard Cohen ?

Le géant de la musique canadienne reste à l’écart des médias (vous ne l’y prendrez pas à monter une manifestation dans son lit), ce qui explique pourquoi sa vie privée reste si privée. Et peut-être aussi pourquoi la ville de Montréal ne se vante pas de l’extraordinaire auteur-compositeur-interprète qui est né en son sein.

Suzanne Morphet, reprenant l’idée du célèbre titre Suzanne, a effectué un pèlerinage sur les traces de Leonard Cohen et a eu envie de se rendre sur les rives du Saint-Laurent, dans le Vieux-Montréal, pour déguster un «thé et des oranges qui viennent tout droit de Chine».

Toujours dans l’esprit de Suzanne, elle a aussi visité la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, la plus vieille église de Montréal, qui remonte au XVIIe siècle, où le «soleil se déverse comme du miel, sur notre Dame du port» et où des répliques de voiliers sculptées ont donné à Leonard Cohen l’idée d’imaginer Jésus sous les traits d’un marin.

Elle est allée voir la grande maison de brique rouge dans laquelle il a grandi, au numéro 599 de l’avenue Belmont, dans le quartier Westmount, et visiter la synagogue Shaar Hashomayim, où il a fêté sa bar-mitsvah.

Puis elle a traversé le campus de l’Université Mc Gill où il a étudié, avant de se promener près de sa demeure près du Parc du Portugal où il vit encore une partie de l’année. On raconte que ses voisins viennent encore y faire leur lessive.

Par Suzanne Morphet, 6 janvier 2010

Ce texte a été modifié par rapport à l’original

Avec la permission de la Commission canadienne du tourisme.

Lire aussi :