On trouve sur l’ensemble du territoire canadien trois espèces d’ours, qui se distinguent par leur aspect, leur mode de vie et leur habitat, mais aussi par le danger qu’ils peuvent présenter pour les promeneurs.

Il s’agit des ours noirs, qui sont les plus répandus, des ours bruns (dont le représentant le plus célèbre est le grizzly), et des ours blancs, aussi désignés sous le terme d’ours polaires.

- Les ours noirs sont en fait recouverts d’un pelage qui peut aller du noir au gris clair, en passant par le brun (les ours kermodes, que l’on ne rencontre qu’en Colombie-Britannique, sont d’une belle teinte variant du jaune pâle au blanc, mais ils appartiennent pourtant à la famille des ours noirs). Comme ils vivent dans les forêts de toutes les provinces du pays, de l’Atlantique au Pacifique, ce sont ceux que vous avez le plus de chance de rencontrer. D’une taille moins imposante que leurs congénères bruns et blancs, ils sont aussi considérés comme les moins agressifs.

Ours noir
Ourson noir (Colombie-Britannique) - Copyright © Fabrice Simon

Cependant, dans certaines situations (par exemple si une mère pense que ses petits sont menacés), les ours noirs peuvent devenir extrêmement dangereux. Il faut aussi tenir compte du fait qu’ils sont de remarquables grimpeurs, il est donc inutile de se réfugier dans un arbre après avoir dérangé un ours noir.

- Les grizzlis, qui appartiennent à la famille des ours bruns, vivent principalement dans les régions montagneuses de l’ouest du Canada. Grâce à la subtile alliance d’une puissance musculaire impressionnante et d’une agressivité naturelle qui ne demande qu’à s’exprimer, ils sont généralement estimés comme les hôtes les plus impitoyables de ces vastes espaces.

Grizzli
Grizzly (Katmaï National Park, Alaska) - Copyright © Fabrice Simon

Il ne faut pas oublier que les grizzlis sont susceptibles d’attaquer sans raison apparente (du point de vue du promeneur), et qu’ils peuvent courir à plus de soixante kilomètres/heure. Il vaut donc mieux éviter de s’approcher pour vérifier par soi-même si cet animal mérite vraiment son appellation d’Ursus horribilis.

- Les ours blancs, ou ours polaires, passent la majorité de leur temps sur la banquise et dans les eaux du nord du Canada. Ils sont de loin les plus grands plantigrades du pays. Ils peuvent atteindre trois mètres cinquante de long et peser plus de 600 kilos.

Ours blanc
Ours blanc (Arctic National Refuge, Alaska) - Copyright © Fabrice Simon

Bien qu’il soit encore plus agressif que le grizzly, une mauvaise rencontre avec un ours blanc est cependant assez rare. En effet, les habitants de ces régions lointaines et isolées connaissent les précautions à prendre pour se préserver d’un pénible tête-à-tête avec un ours, et il n’est de toutes façons pas conseillé aux touristes de s’aventurer sur ces territoires magnifiques, mais inhospitaliers, sans être accompagné par un guide expérimenté.

Enfin, soulignons que l’espèce la plus dangereuse (pour les ours, pour les autres animaux et pour elle-même), reste l’espèce humaine, dont force est de constater qu’elle est encore largement répandue sur l’ensemble de la planète. La grande majorité des ours ont d’ailleurs très bien compris cet aspect du problème, et ils font généralement tout ce qu’ils peuvent pour fuir ceux qu’ils appellent (non sans une certaine sagesse teintée d’amertume), les Bipedus abominabilis.

Photographies : Copyright © Fabrice Simon, avec l’aimable autorisation de l’auteur

Pour voir d’autres photos d’ours : www.fabricesimon.com

Suggestions de romans passionnants avec des ours:

  • L’ours bleu de Lynn Schooler
  • Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen de Arto Paasilinna

Lire aussi :