Le grizzly, ou grizzli (Ursus arctos horribilis), fait partie de la famille des ours bruns. Il habite dans les massifs montagneux de l’ouest du Canada (principalement en Colombie-Britannique) et du nord-ouest des États-Unis, ainsi qu’en Alaska.

Considéré comme l’un des seigneurs de ces vastes territoires d’Amériques du Nord, il ne faut pourtant pas le confondre avec l’ours Kodiak, une autre sous-espèce de l’ours brun qui ne se rencontre que sur quelques îles du golfe de l’Alaska et qui se distingue par des proportions encore plus impressionnantes que son «petit» cousin.

En effet, l’ours Kodiak peut atteindre quatre mètres du museau à la queue, pour un poids de plus de 800 kg., alors qu’un grizzly mâle ne fait en moyenne qu’un mètre cinquante à deux mètres cinquante de long, pour un poids avoisinant les 400 ou 500 kg. Il n’en reste pas moins que le grizzly est une créature imposante, surtout quand il se dresse sur ses pattes de derrière pour jauger un adversaire potentiel avant de le charger.

Le grizzly est recouvert d’une épaisse fourrure dont la teinte varie du noir au brun clair, avec des poils aux extrêmités gris argenté qui donnent souvent un aspect grisâtre à l’animal, d’où son nom (dérivé de l’adjectif anglais grizzled).

Grizzlys
Famille de grizzlys - Copyright © Fabrice Simon

Sa silhouette se différencie de celle de l’ours noir, outre ses dimensions plus généreuses, par la présence d’une grosse bosse entre les épaules. Cet amas musculaire se développe chez le grizzly par son l’habitude de creuser la terre avec enthousiasme pour aménager sa tanière ou pour dénicher des racines, occupations d’ailleurs facilitées grâce aux longues griffes non rétractiles dont sont munis ses membres antérieures.

Car bien que classé parmi les carnivores, le grizzli est un plantigrade omnivore qui se nourrit principalement de végétaux. Mais il est aussi un habile pêcheur amateur de saumons, et s’il s’attaque rarement aux orignaux, caribous et autres grands mammifères adultes, il semble avoir une certaine prédilection pour la chair plus tendre de leurs petits.

De plus, son odorat particulièrement fin lui permet de détecter de lointaines charognes et d’éventuels dépôts d’ordures ménagères, abandonnés par les humains avec ce sens du partage et de l’abnégation qui les honore tellement.

Grizzly
Grizzly - Copyright © Fabrice Simon

Comme les ours noirs, les grizzlys sont plutôt solitaires, ils passent l’hiver dans un état de semi-hibernation (dont ils sortent en cas de besoin), ils sont de très bons nageurs et peuvent courir à plus de 60 km/h.

Par contre, sans doute peu sensibles aux chants romantiques des oiseaux et aux plaisanteries douteuses des écureuils, les grizzlys grimpent beaucoup moins souvent aux arbres que les ours noirs. De toutes façons, leur poids considérable et la forme non recourbée de leurs griffes ne les encouragent pas vraiment à tenter ce genre d’expérience.

Bien qu’il soit réputé pour sa férocité, le grizzly est, a priori, moins agressif que son voisin du Grand Nord, l’ours polaire. D’ailleurs, comme la majorité des animaux, il préfère généralement éviter la proximité des êtres humains. Néanmoins, il convient d’observer certaines règles de sécurité élémentaires quand on se trouve dans l’un des parcs nationaux des Rocheuses canadiennes.

Il est par exemple conseillé de rester sur les sentiers, de se promener en groupe, de faire du bruit (pour que l’ours ne soit pas surpris et qu’il ait le temps de se rendre dans un endroit plus tranquille) et de conserver ses aliments dans des récipients hermétiques.

Grizzly
Grizzly - Copyright © Fabrice Simon

Si vous voyez un ours, restez calme, éloignez-vous discrètement sans lui tirer la langue (ce qui pourrait l’agacer) et sans courir (vous risquez de l’inciter à vous rattraper, et il sera le plus rapide). Si vous avez affaire à un grizzly qui semble nourrir de mauvaises intentions à votre égard, vous pouvez tenter de vous réfugier dans un arbre suffisamment haut, en espérant qu’un ours noir n’occupe pas déjà la place.

Il ne faut jamais oublier que les réactions d’un grizzly sont imprévisibles, que sa logique face à une situation particulière peut être très différente de celle des hommes, et que de plus vous occupez son territoire.

En conséquence, essayez de faire preuve de respect et de retenue, même si cette attitude peut paraître aberrante à la plupart de vos congénères.

Photographies : Copyright © Fabrice Simon, avec l’aimable autorisation de l’auteur

Pour voir d’autres photos d’ours : www.fabricesimon.com

Lire aussi :