La langue wendate est une langue iroquoienne. Les Wendats étant dominants dans la région du sud de l’Ontario jusqu’en 1649, et étant les principaux commerçants, le huron était devenu la langue du commerce et de la diplomatie.

Au fil du temps, au Québec, les mariages mixtes ont fait tomber en désuétude la langue wendate. Les 3000 Wendats de Loretteville, au Québec sont aujourd’hui majoritairement catholiques et francophones, toutefois, un mouvement en faveur de l’étude et de l’utilisation de la langue wendate a été initié récemment.

Il s’agit du projet Yawenda :

Yawenda. Projet de revitalisation de la langue huronne-wendat

La communauté de Wendake, située à quinze kilomètres au nord-ouest de la ville de Québec, demeure aujourd’hui la seule communauté huronne-wendat au Canada. La nation huronnewendat compte près de trois mille deux cents membres (dont la moitié domiciliée à Wendake) dont la presque totalité a le français comme langue maternelle, ce qui en fait la seule communauté francophone de la famille linguistique iroquoienne.

Depuis plusieurs décennies, les Hurons-Wendat reconnaissent l’importance de l’enseignement de leur langue ancestrale. Malheureusement, plusieurs facteurs sociaux, géographiques et historiques ont fait en sorte que la langue huronne-wendat ne se parle plus depuis au moins un siècle et que yawenda, la voix des Wendat, n’est plus entendue. À la fin des années 1980, plusieurs Wendat ont fait un retour à des valeurs culturelles traditionnelles. Dans la mouvance de cet élan, la revitalisation de la langue huronne wendat est de plus en plus apparue comme essentielle au plein recouvrement de l’identité de la nation. D’où le présent projet d’Alliance de recherche université-communauté (ARUC), fruit d’une collaboration serrée entre les autorités de Wendake et l’Université Laval de Québec.

Projet Yawenda

Le projet  a débuté en août 2007 et il se propose, sur une période de cinq ans (jusqu’en juillet 2012), les objectifs suivants :

  • Reconstruire, en analysant les documents historiques disponibles, les structures phonologiques, morpho-syntaxiques et sémantiques du huron-wendat.
  • Élaborer des programmes de formation et des outils pédagogiques (grammaires, lexiques, fascicules scolaires) pour permettre l’apprentissage de cette langue par les enfants (niveaux préscolaire et primaire) et les adultes de Wendake.
  • Former des enseignants capables de transmettre les connaissances langagières ainsi générées et enseigner la langue dans la communauté.

Le projet regroupe cinq partenaires, donc deux universitaires, et trois communautaires :
1) L’Université Laval (faculté des Sciences sociales), par le biais de son Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA).
2) Le Conseil de la Nation Huronne-Wendat (CNHW) de Wendake, par sa direction des services éducatifs (école Ts8taïe) et son Centre de formation et de développement de la main-d’oeuvre (CDFM).
3) L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), par le biais de sa faculté des Sciences de l’éducation.
4) Le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN), un organisme établi à Wendake qui se consacre au développement de l’éducation autochtone au Québec.
5) Le First Peoples’ Heritage, Language and Culture Council (FPHLCC), un organisme communautaire de Victoria (C.B.), qui travaille au développement des langues autochtones du Canada.

Le projet est subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Il est co-dirigé par un professeur de l’Université Laval et par le directeur des services éducatifs de Wendake, et coordonné par une professionnelle wendat.

Source : Université Laval

Lire aussi :