La capitale de l’IPE est Charlottetown. En 1864, l’Île-du-Prince-Édouard a accueilli la conférence qui a mené aux Articles de Confédération et à la création du Canada en 1867. Néanmoins, l’Î.-P.-É. n’est entrée dans la confédération canadienne qu’en 1873. Elle fait partie avec Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse de la Région de l’Atlantique.

Elle est située entre le Nouveau-Brunswick à l’ouest et la Nouvelle Écosse à l’est. On appelle traditionnellement les Maritimes : le Nouveau-Brunswick, l’IPE et la Nouvelle-Écosse.

À l’inverse des deux autres provinces maritimes, le relief est plat ou légèrement valloné, quelques forêts subsistent mais on trouve de nombreuses terres cultivées. On appelle d’ailleurs l’IPE, l’île de la pomme de terre, le tubercule a son musée, le Musée de la pomme de terre, dans la ville d’O'Leary.

Île-du-Prince-Édouard
Île-du-Prince-Édouard, Copyright © Corinne Maltais

Mais on peut aussi l’appeler, avec Lucy Maud Montgomery dans Anne of the Green Gables (Anne… La maison aux pignons verts), une terre “ d’émeraudes, de rubis et de saphirs ”. Cette description faisant référence à ses champs d’émeraude, ses routes de terre rouge et sa mer de saphir. Le littoral se caractérise par des falaises de grès rouge.

L’économie de la Nouvelle-Écosse repose sur la pêche et l’agriculture. Ses pommes de terre et ses fruits se vendent dans tout le Canada. L’industrie alimentaire joue donc un rôle important dans l’économie de la région. L’industrie du tourisme est également développée (notamment avec les amateurs du célèbre roman de Lucy Maud Montgomery), l’île est aussi courue pour ses terrains de golf.

Ses villes principales sont : Alberton, Borden-Carleton, Georgetown, Kensington, Montague, Souris, Cavendish et Summerside.

L’IPE compte 139000 Prince-Édouardiens. Les Micmacs sont les Premières Nations de cette province.

Le pont de la Confédération relie l’île au continent. Un traversier relie l’île à la Nouvelle-Écosse et un autre aux Îles-de-la-Madeleine du Québec.

Pont de la Confédération
Pont de la Confédération, Copyright © Corinne Maltais

L’île est connue en micmac sous le nom d’Abegweit. En tant que partie de la Nouvelle-France, elle s’appelait l’île Saint-Jean. En passant de la France au Royaume-Uni en 1759, les Britanniques l’ont renommée l’île du Prince-Édouard en 1798 pour la distinguer d’autres Saint-Jean dans la zone atlantique, tels Saint-Jean (ou Saint-John, au Nouveau-Brunswick) et Saint-Jean (capitale de Terre-Neuve-et-Labrador). Elle a été nommée en l’honneur du fils du roi Georges III, le prince Édouard (Edward Augustus, duc de Kent et de Strathearn 1767 – 1820), qui commandait alors les troupes à Halifax.

Le nom anglais de la province est Prince Edward Island (ou PEI). Ce sont les Écossais qui sont à l’origine du peuplement de l’Île, d’ailleurs, en écossais, son nom est Eilean a’ Phrionnsa (Île du Prince) ou Eilean Eòin (Île de Jean), en référence à l’ancien nom français. Selon les règles de la typographie, on écrit île du Prince-Édouard pour l’île, et Île-du-Prince-Édouard pour la province.

Devise : Parva sub ingenti (Les petits sous la protection des grands), tirée des Géorgiques de Virgile.

Superficie par rapport au reste du Canada : 0,1%

Lire aussi: