Au cours du premier hiver de la guerre de 1814-1815 entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, les deux pays se préparaient à la campagne d’été. Les Américains étaient sûrs que s’ils arrivaient à dominer les lacs Erié et Ontario, le Haut-Canada tomberait. Par la suite, il serait aisé de prendre le Bas-Canada.

Les Américains ont donc commencé à construire une grande flotte à Presque-Île et à Black Rock, sur les berges du lac Erié, et à Sackets Harbour, au bord du lac Ontario. Les Canadiens construisaient quant à eux leur flotte à Armhersburg, sur les rives du lac Erié, à Kingston et à York (actuelle Toronto), ces deux dernières localités étaient les plus grandes du Haut-Canada.

La ville de Kingston était considérée comme la plus importante dans la ligne de défense du Haut-Canada en raison de sa position stratégique. En effet, cette ville constituait la porte d’entrée au Bas-Canada (le Québec).

Vers le début du printemps, les chantiers de deux pays étaient en pleine effervescence nuit et jour. Les Américains ont hésité entre un débarquement à Kingston ou à York. Le général Henry Dearborn, commandant américain de l’Armée du Centre, pensait que Kingston, étant la ville la plus importante, serait bien défendue, il opte donc pour une attaque contre York. Les Américains croyaient, à tort, qu’au moins 8 mille soldats britanniques, canadiens et amérindiens se trouvaient en garnison là-bas. En réalité, il n’y avait que 700 soldats et quelques douzaines de miliciens.

Personne ne sait quelle aurait été l’issue de la guerre si les États-Unis avaient décidé de débarquer à Kingston. Mais ils ont choisi York, la capitale officielle du Haut-Canada, un village de 700 habitants.

Deux batteries de canons obsolètes défendaient le littoral de York, dont la garnison était composée de 300 soldats et 300 miliciens et guerriers amérindiens. Ces forces étaient commandées par le général en chef Robert Hale Scheaffe, lieutenant-général du Haut-Canada.

Le 26 avril 1813, les glaces ayant fondu, la flotte américaine hisse les voiles pour prendre la capitale canadienne. Ce même jour, les 14 navires américains se sont approchés des rivages canadiens avec 2 mille soldats américains à bord, commandés par le même général Dearborn et le brigadier Zebulon Montgomery Pike.

Lire aussi :

Bataille de York