Thomas Blakiston était un lieutenant de l’armée britannique, envoyé en 1857 dans l’ouest canadien par le gouvernement et la Société Royale géographique. Le lieutenant faisait partie de l’expédition de John Palliser, la toute première expédition qui explora pendant quatre ans de vastes contrées de l’ouest du continent.

Toutefois, en 1858, Blakiston quitte le groupe de Palliser en raison d’une incompatibilité d’humeur avec son chef. Thomas Blakiston estime que les régions du sud méritent plus d’attention, et qu’il faut marquer la présence britannique dans les zones limitrophes avec les États-Unis. Il est certain que c’est dans le sud qu’on peut construire le chemin de fer grâce auquel l’Amérique du Nord britannique s’étendra de l’Atlantique au Pacifique.

En 1858, Blakiston se dirige donc vers le sud. C’est lui qui découvre et décrit pour les Européens de vastes zones de terres dans le sud de la future province de la Colombie-Britannique, ainsi que dans l’état américain du Montana.

C’est lui qui cartographie et décrit les lacs Waterton. Il trace les voies possibles pour le futur chemin de fer transcontinental, tracé qui sera utilisé par les constructeurs. Cependant, il commet une erreur, car il manque le passage de Crowsnest, le plus facile et le plus confortable passage des Rocheuses pour le futur chemin de fer. Son guide aborigène, questionné par Blakiston sur le relief autour du passage, répond qu’il n’y a que des terrains accidentés, difficiles à surmonter. Alors, le lieutenant décide de ne pas explorer cette région. De toute évidence, il y a eu une confusion ou une mauvaise interprétation des dires du guide. Si Blakiston avait découvert ce passage, la carte géographique du Canada serait changée aujourd’hui, les villes des prairies se trouveraient dans d’autres lieux.

Mais Blakiston découvre le passage du Kootenay Nord (North Kootenay Pass), le plateau Tobacco, le passage du Kootenay Sud (South Kootenay Pass), la plaine de Saskatchewan et un grand nombre de vallées, forêts, montagnes et rivières. Il fait la connaissance des peuples autochtones avec lesquels il se lie d’amitié. Étant un bon ornithologue amateur, le lieutenant répertorie des douzaines d’oiseaux, mais aussi d’autres aniimaux, dont l’ours Grizzly.

C’est lui qui baptise les lacs Waterton en l’honneur du naturaliste britannique Charles Waterton. Il donne aussi le nom de Livingston a une chaîne des Rocheuses, rendant ainsi hommage au grand explorateur de l’Afrique, David Livingstone. Il nomme le sommet le plus élevé de la chaîne Mont Gould, pour honorer John Gould, un grand naturaliste anglais.

Blakiston rentre en Angleterre au cours de l’automne 1858. Il est promu au rang de capitaine et envoyé en Chine, où il sera le premier Européen à parcourir la rivière Yangtze, de l’amont jusqu’aux sources. Notons finalement que ses catalogues d’oiseaux de l’ouest canadien et du Japon ont été des ouvrages de référence pour les ornithologues pendant de longues années.