La bataille de Stoney Creek, dans le Haut-Canada (Ontario), eut lieu pendant la nuit du 5 au 6 juin 1813.

Environ 700 miliciens canadiens et soldats réguliers, dirigés par le lieutenant-colonel John Harvey, se sont attaqués par surprise à 3500 soldats américains qui campaient près de la localité de Stoney Creek.

Les américains, arrivés le jour précédent, étaient commandés par le brigadier général John Chandler et par le brigadier général William H. Winder, qui avaient l’intention d’avancer à l’intérieur du Haut-Canada.

Le lieutenant britannique James FitzGibbon, en reconnaissance dans cette zone, aperçoit l’ennemi et observe ses positions. Il se rend compte que les Américains ne fortifient pas le village. Alors le lieutenant rejoint les troupes britanniques et canadiennes qui se trouvent dans les forêts près du village et recommande une attaque surprise.

Au même moment, les Américains capturent un paysan. Ce dernier demande à être libéré, alléguant qu’un de ses oncles est un général américain. Il fournit des détails et les Américains, convaincus, décident de le laisser partir. En outre, ils lui donnent le mot de passe pour traverser leurs lignes de défense, après lui avoir fait jurer de ne révéler ce secret à personne. Bien sûr, en arrivant chez lui, le paysan raconte à tous ses voisins comment traverser les lignes américaines. Un certain Billy Green court alors vers les Britanniques et leur dit le mot magique.

Les sentinelles américaines sont donc neutralisées facilement, puis les Britanniques pénètrent dans le campement ennemi et bénéficient pendant les premières minutes de l’effet de surprise. Cependant, les Américains étant beaucoup plus nombreux que leurs adversaires, une longue bataille à la baïonnette s’ensuit.

Au matin, les deux parties se séparent. Les Américains partent se réfugier au Fort George, situé en bordure de la rivière Niagara et occupé par les États-Unis depuis 10 jours (aujourd’hui, ce site se trouve sur le territoire de la ville de Niagara-on-the-Lake). Les Britanniques décident de rester dans les forêts. Les deux brigadiers-généraux qui commandaient les forces d’invasion américaines ayant été faits prisonniers, les Britanniques annoncent leur victoire.

C’est 17 jours plus tard que le lieutenant FitzGibbon commande les troupes canadiennes et britanniques lors de la Bataille de Beaver Dams. Finalement, ces deux batailles ont stoppé toutes les tentatives américaines pour occuper le Haut-Canada au cours de l’été 1813.