Les Pieds Noirs étaient un peuple nomade qui habitait le nord-ouest des actuels États-Unis et le sud-ouest du Canada. Au Canada, les Pieds Noirs vivaient dans les régions sud de la Colombie-Britannique et de l’Alberta, dans les montagnes Rocheuses.

Les Pieds Noirs chassaient le bison, qui constituait leur principale source de nourriture, qui leur fournissait des fourrures et dont les os étaient utilisés pour fabriquer des outils et des armes.

Par contre, les Pieds Noirs ne pratiquaient pas la pêche et construisaient rarement des pièges pour les animaux. Leur appellation honore leurs habileté à suivre inlassablement leur proie pendant de longues journées (il existe pourtant une autre explication selon laquelle le nom vient d’un épisode de l’histoire du peuple, qui a dû traverser une vaste prairie après un incendie. Aussi leurs pieds étaient-ils recouverts de cendres). Les Pieds Noirs conçurent et développèrent des tactiques très particulières pour la chasse au bison, comme par exemple d’encercler les bisons de trois côtés et de les orienter vers une falaise ou vers un marais.

Les Pieds Noirs se divisaient en trois familles différentes: Les Pieds Noirs, ou Siksika; les Blood, ou Kainai (ce mot signifie «peuple de plusieurs chefs»); et les Peigan, ou Pikuni («vêtus d’une façon inappropriée», du fait de leur habillement sommaire). L’appellation Pieds Noirs est utilisée pour définir les trois familles, parce que les Siksika furent les premiers à faire des échanges avec les Européens, ce qui a contribué à leur célébrité.

Les Pieds Noirs et le peuple des Kootenay occupaient les mêmes territoires, ou des régions adjacentes. Il semble que les deux nations vivaient en harmonie depuis des milliers d’années.

Cependant, avec l’arrivée du cheval vers 1725, les territoires de chasse des Pieds Noirs et des Kootenay deviennent beaucoup plus vastes, ils font des incursions sur les terres d’autres tribus et des conflits éclatent.

Les Pieds Noirs sont les premiers à obtenir des fusils. Leurs voisins, les Kootenay, qui furent les premiers à connaître les chevaux, n’étaient alors équipés que de lances, d’arcs et de flèches. Vers 1810, les Pieds Noirs chassent leurs ennemis des Rocheuses et deviennent les maîtres d’un territoire qui s’entend du nord de la rivière Saskatchewan jusqu’à la rivière Missouri, soit l’équivalent de la plus grande partie de l’Alberta et de l’État américain du Montana. Cette situation perdure jusqu’au milieu du XIXe siècle, quand les Blancs arrivent et mettent un point final à cette domination.

Cependant, dès la première moitié du XVIIIe siècle, les Pieds Noirs sont victimes de maladies qui déciment leur population. Vers 1875, selon les récits de missionnaires venus évangéliser ce qui reste de la nation, le peuple jadis le plus puissant de l’ouest américain et canadien ne représente plus qu’un petit groupe dont la plupart des individus sont malades. En 1877, les Pieds Noirs signent le Traité #7 avec les Blancs, cédant ainsi leurs territoires en échange d’une «aide humanitaire».

Aujourd’hui, les Pieds Noirs vivent dans la région de la rivière Bow, à proximité de Calgary. Les Blood habitent près de Cardston et les Peigan, les plus nombreux, vivent à Pincher Creek (les Peigan du Nord) et dans le Montana (Peigan du Sud).

Voir aussi :