Anishinaabe

Les Anishinaabe sont une des nations autochtones du Canada.

On écrit parfois Anishinaabeg, ou encore Anishinabek (ce dernier terme est le pluriel du précédent). Ces variantes reflètent des différences de prononciation régionale.

Ce terme regroupe les peuples Odawa, Ojibwe et Algonquins. Tous ces peuples parlent des langues de la famille Anishinaabe.

Le terme Anishnaabe se traduit par «premier peuple, peuple originel» ou encore «peuple du bien», au sens de peuple qui se trouve sur la bonne route, celle du Créateur (le Gitchi-Manitou).

Cependant, certains peuples de cette famille préfèrent d’autres appellations. Par exemple, un peuple des Ojibwa qui a déménagé dans les Prairies s’appelle Nakawē(-k) (ce sont eux qu’on appellait jadis «Saulteux»). Sa langue est le Nakawēmowin, même si ses liens avec la langue Anishinaabe sont évidents.

On est d’avis que les Anishinaabeg viennent de l’est de l’Amérique du Nord. Ces faits sont confirmés par les rouleaux Wiigwaasabak en écorce de bouleau sur lesquelles sont représentés des récits anciens de ce peuple.

Dans plusieurs légendes de la nation, on trouve une version selon laquelle une grande migration eut lieu dans les temps immémoriaux, depuis les Terres du Soleil Levant vers l’intérieur du continent.

Après la migration, la nation s’établit autour des Grands Lacs. Les premiers contacts avec les Européens ont lieu vers le XVIIe siècle, quand des explorateurs français viennent visiter cette région.

Au XVIIIe siècle, plusieurs groupes d’Anishinaabeg établissent des contacts avec le gouvernement du Haut-Canada. Durant la guerre de 1812, ils combattent aux côtés des Britanniques contre les États-Unis. En 1873, un traité est signé entre les Anishinaabe Ojibwa et le gouvernement fédéral. Mais les nations continuent leur marche vers l’ouest.

Aujourd’hui, les Anishinaabeg occupent des terres dans les provinces de la Saskatchewan, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Des représentants de cette nation vivent aussi au Québec et en Ontario, ainsi qu’aux États-Unis où leurs réserves sont établies dans les États du Kansas, du Dakota du sud, du Montana et de l’Oklahoma.

Au Canada, environ 50 mille Anishinaabeg parlent encore la langue de leur peuple.