Le Site national du Canada de Fort Langley se trouve en Colombie-Britannique, dans la vallée du Fraser, à l’emplacement d’un petit poste de traite établi par la Compagnie de la Baie d’Hudson afin de faire du troc avec les Premières nations de la côte ouest canadienne. Le fort est situé à 56 kilomètres de l’embouchure du Fraser.
 
Le premier Fort Langley fut construit en 1828 par George Simpson, représentant de la Compagnie de la Baie d’Hudson et du gouvernement britannique pour contrôler les commerçants américains que envahissent la région et qui refusent de payer des impôts à la Couronne.
 
À cette époque, les fourrures étaient très recherchées en Europe. D’autre part, les Russes de l’Alaska et les Américains de la côte ouest américaine achetaient des produits locaux comme les canneberges et les saumons du fleuve Fraser.

Le Fort Langley acquiert rapidement une grande notoriété. Il devient un centre d’approvisionnement pour les nouveaux arrivants dans la région. Dès le début, plusieurs employés de la CBH épousent des femmes de la population autochtone et un mélange social et ethnique unique se forme, composé d’Anglais, d’Écossais, de Canadiens français, d’Hawaïens, d’Iroquois et de Salish de la côte.

En 1839, la Compagnie abandonne le premier fort, devenu vétuste, et un nouveau fort est érigé à 4 km en amont du fleuve, mais il est détruit par un incendie l’année suivante. Il est reconstruit en mai 1840. C’est à cet endroit que se trouve le Site historique national du Fort Langley.
 
En 1858, on découvre des gisements d’or dans le fleuve Fraser. Une immigration massive commence alors. La région est investie par de nombreux Américains, aussi le gouvernement britannique, craignant une annexion de la région par les États-Unis, proclame t-il la Colombie-Britannique colonie de la Couronne. Cette proclamation est lue au Fort Langley le 19 novembre 1858. Le site acquiert une renommée mondiale en devenant le point de départ vers les gisements aurifères de la Vallée du Fraser.
 
Pourtant, dans les années 1870, le fort perd de son importance et tombe lentement en ruine. En 1886, la Compagnie de la Baie d’Hudson abandonne le Fort Langley.