Flora Macdonald Denison acheta le manoir de Bon Echo en 1910. Ce manoir était situé dans le Parc provincial Bon Echo en Ontario. 

C’était une femme d’affaires torontoise qui s’intéressait aux arts et à la littérature. Elle encouragea notamment les membres du Groupe des Sept à faire connaître par leurs toiles les paysages de la région et le rocher en particulier.

Elle lança un journal nommé The Sunset of Bon Echo pour diffuser l’oeuvre de son poète préféré, Walt Whitman. En 1919, pour commémorer le centenaire de la naissance de Walt Whitman, elle fit graver sur le rocher trois vers extraits du recueil Leaves of Grass.L’inscription fait plus de 6 mètres de long et chaque lettre mesure 30 cm. On peut encore la voir aujourd’hui.Comme elle s’intéressait à l’ésotérisme, elle choisit un passage ou Walt Whitman parle de réincarnation.Extrait :

My foothold is tenon’d and mortis’d in granite;
I laugh at what you call dissolution;
And I know the amplitude of time.

Traduction :

Mon pied est fixé à tenon et mortaise dans le granit;
Je me moque de ce que vous appellez dissolution;
Car je connais l’amplitude du temps.

C’est là que l’affaire devient mystérieuse avec un zeste de surnaturel. Walt Whitman était mort en 1892 sans jamais avoir mis les pieds au Canada, mais on dit que son fantôme s’est manifesté à Bon Echo durant l’été 1919.

En effet, Horace Traubel, auteur de la biographie d’une biographie complète de Whitman et proche du poète, vint au mois d’août, bien qu’étant malade, pour assister au dévoilement de l’inscription.

De son chevet, il prétendit qu’il avait vu Whitman apparaître au-dessus du rocher. Le mois suivant, des témoins certifièrent qu’eux aussi avaient vu le fantôme du poète. Quelques jours plus tard Traubel mourait.

Walt venait-il chercher celui qui était considéré comme son fils spirituel ?

Lire aussi :