Ces terrifiants événements ont eu lieu dans les années 1830 à Wallaceburg, une ville du sud de l’Ontario. À l’époque, la ville s’appelait Baldoon, aussi est-ce sous ce nom qu’elle s’est fait connaître dans l’ensemble du Canada, à l’époque du troublant Mystère de Baldoon.

Vers 1830, un jeune homme nommé John McDonald fait l’acquisition d’un terrain près de Wallaceburg pour y résider avec sa famille. Cependant, une autre famille convoitant ces terres offre à John McDonald une grosse somme pour sa propriété. Mais celui-ci refuse de vendre.

En 1831, alors que les femmes de la famille McDonald travaillent dans la grange, le toit s’effondre. Par miracle, personne n’est blessé, et l’incident imputé à des causes naturelles est vite oublié.

Mais par la suite, une longue série d’infortunes et d’événements étranges s’abat sur la famille McDonald. Ainsi, pendant la nuit, on entend des marches militaires qui semblent provenir de la cuisine. Un jour, toutes les vitres de la maison familiale éclatent sans aucune cause visible. Une fois ces vitres changées, elles se brisent à nouveau.

Les incendies se succèdent régulièrement une fois par semaine et des pierres tombent mystérieusement sur le toit et parfois même dans des chambres fermées.

Un ami recommande à la famille de voir une femme indienne qui connaît des remèdes ancestraux contre ce type de phénomènes. Cette personne leur conseille de tuer le premier oiseau qu’ils verront après un de ces phénomènes, car il serait le responsable de tous leurs malheurs. En effet, après un nouvel incendie dans la maison, M. McDonalds tire sur une oie qui passe près de la maison et il la blesse à une aile. L’oiseau parvient à s’enfuir, mais John McDonald le poursuit jusqu’à la forêt voisine, où il perd les traces de la bête. Mais peu après, il rencontre une femme de la famille qui voulait acheter sa maison, et qui semble souffrir maintenant d’une blessure récente au bras…

Par la suite, le calme revient à Baldoon.

Cette histoire est rapidement devenue célèbre à travers le pays. Plusieurs auteurs s’en sont inspirés et elle fait maintenant partie du patrimoine folklorique canadien.

Voir aussi :