La poète et romancière canadienne Margaret Atwood est née le 18 novembre 1939 à Ottawa, dans la province de l’Ontario. De 1957 à 1967, elle poursuit des études littéraires, d’abord à l’Université de Toronto (au Victoria College), puis à l’Université d’Harvard, près de Boston (notamment au Radcliffe College).

Après s’être consacrée quelque temps à la poésie (elle obtient en 1966 le Prix du Gouverneur Général pour son recueil The Circle Game), elle publie son premier roman, The Edible Woman (La femme comestible), en 1969.

Par la suite, Margaret Atwood construit une oeuvre prolifique et éclectique, couvrant aussi bien les domaines de la fiction, de la poésie que la critique littéraire, elle devient ainsi l’une des auteures canadiennes les plus célèbres à travers le monde.

C’est principalement après la publication en 1985 de The Handmaid’s Tale (traduit en français sous le titre La servante écarlate) qu’elle se fera connaître du grand public. On distingue dans ce roman de science-fiction décrivant une société totalitaire, plusieurs thèmes récurrents de l’oeuvre de Mme Atwood, comme le féminisme ou la critique politique, sociale et religieuse.

Margaret Atwood
Margaret Atwood, copyright © George Whiteside

Ce récit qui reçut de nombreux prix fut adapté à la radio, au théâtre et au cinéma (par Volker Schlöndorff, en 1990), ainsi qu’à l’opéra (par le compositeur danois Poul Ruders, en 2000).

Parmi les autres romans de Margaret Atwood, il convient de retenir tout particulièrement Le tueur aveugle (The Blind Assassin, 2000), récit polyphonique explorant les rapports complexes et quelque peu conflictuels se développant au fil du temps au sein d’une famille de la bourgeoisie ontarienne.

Cette oeuvre fut récompensée, entre autres, par le prestigieux Booker Prize. En outre, une très intéressante adaptation radiophonique de The Blind Assassin, réalisée par Michael O’Brien, fut diffusée sur les ondes de la CBC en 2003.

Mentionnons enfin un autre ouvrage de science-fiction, Le dernier homme (Oryx and Crake, paru en 2003), récit post-apocalyptique où l’on remonte dans le passé d’un certain Snowman. Il semble être le dernier survivant de l’espèce humaine, errant sur une planète ravagée suite à l’inconséquence de ses pitoyables habitants.

Plusieurs personnages présents dans Le dernier homme se retrouvent dans un nouveau roman de Mme Atwood, The Year of the Flood, sorti en 2009.

Parallèlement à ses recueils de nouvelles et à ses romans, Margaret Atwood continue de publier des essais, des livres pour enfants et de la poésie.

Elle vit avec sa famille à Toronto.

Pour plus de détails sur la vie et l’oeuvre de Margaret Atwood, on peut consulter l’article de l’Encyclopédie Canadienne: www.thecanadianencyclopedia.com