L’architecte nord-américain Frank Owen Gehry est né dans la ville canadienne de Toronto le 28 février 1929.

Sa famille, d’origine juive polonaise, part s’installer aux États-Unis 18 ans plus tard, et c’est à l’USC (Université de Californie du Sud) de Los Angeles qu’il entreprend entre 1949 et 1954 des études artistiques, puis d’architecture.

C’est aussi à cette époque que le jeune Ephraim (ou Frank) Owen Goldberg prend le nom de Frank O. Gehry.

Suite à l’obtention de son diplôme, il se rend sur la côte Est en 1956 et entame un troisième cycle en urbanisme à la Graduate School of Design de l’Université d’Harvard. Bien qu’il abandonne rapidement cette formation, son séjour dans la région de Boston lui permet de découvrir la richesse de l’architecture locale et lui ouvre de nouveaux horizons.

Art Gallery of Ontario
Art Gallery of Ontario, escalier intérieur

Après quelques collaborations dans des cabinets d’architectes aux États-Unis et en Europe, Frank Gehry retourne en Californie et, au début des années soixante, il ouvre sa propre agence d’architecture à Los Angeles. Il commence à travailler sur divers projets de résidences privées, comme la maison et l’atelier du graphiste Louis Danziger à Hollywood (1964-65), ou la maison du peintre Ron Davis à Malibu (1968-72), sans oublier ses interventions sur son domicile personnel de Santa Monica (1978), chantier qu’il utilise comme un lieu d’expérimentation.

Il obtient progressivement des commandes de plus en plus importantes et se forge un style bien personnel où dominent les angles, les lignes obliques et les courbes, agencés de façon parfois surprenante, mais où l’on remarque aussi l’attention particulière apportée par M. Gerhy aux matériaux, aux couleurs et aux revêtements des murs. Ses bâtiments sont souvent perçus comme d’immenses sculptures, ce qui n’a rien d’étonnant quand on connaît sa passion pour l’art et les liens étroits qu’il a toujours entretenu avec les artistes.

Art Gallery of Ontario
Art Gallery of Ontario, escalier intérieur

Au fil des ans, Frank Gehry est largement reconnu par la critique et il se voit décerner en 1989 le prix Pritzker, la plus prestigieuse récompense internationale dans le domaine de l’architecture contemporaine.

Mais c’est bien sûr sa création en Espagne, entre 1991 et 1997, du musée Guggenheim de Bilbao qui lui vaudra de devenir l’un des rares architectes vivants suscitant la curiosité et l’admiration du grand public à travers le monde. Cette oeuvre monumentale et brillante (dans tous les sens du terme), aux parois recouvertes de titane, a fait du jour au lendemain de Bilbao l’une des principales destinations culturelles et touristiques de la péninsule ibérique.

Art Gallery of Ontario
Art Gallery of Ontario, escalier intérieur

Parmi les autres réalisations de Frank Gehry, outre de nombreux objets et éléments de mobilier, il faut également mentionner:
- les maisons/ateliers d’Indiana Avenue, à Venice, Californie (1979-81);
- le California Aerospace Museum and Theatre, à Los Angeles (1982-84);
- la Norton Residence, à Venice, Cal. (1982-84);
- le Vitra Design Museum de Weil-am-Rhein, en Allemagne (1987-89);
- l’ancien American Centre de Paris, dans le parc de Bercy (1988-94), aujourd’hui occupé par la Cinémathèque française;
- le Frederick R. Weisman Museum, à Minneapolis, (Minnesota, 1990-93);
- le Nationale-Nederlanden Building, à Prague (1992-96), aussi appelé «la Maison Dansante»;
- la Gerhy Tower, à Hanovre, en Allemagne (1999-2001);
- l’agrandissement de l’Art Gallery of Ontario, à Toronto (2002-08);
- l’IAC Building, 11e Av., New York (2007);
- la Fondation Louis Vuitton pour la Création, à Paris (2006-10);
- le musée Guggenheim de l’émirat d’Abu Dhabi, qui devrait ouvrir ses portes en 2011.

Dans les années 1980, Frank Gerhy enseigna l’architecture à l’université de Yale et à Harvard.

Un documentaire intitulé Esquisses de Frank Gehry fut tourné en 2005 par le célèbre cinéaste américain Sydney Pollack. On y trouve notamment des interventions de l’acteur et réalisateur Dennis Hopper, du peintre et photographe Ed Ruscha, et du peintre et cinéaste Julian Schnabel.

Photographies : copyright © Planètecastor

Lire aussi :