Dan George fut Grand Chef de la nation amérindienne Tsleil-Waututh, qui fait partie de la nation Salish du littoral. Il est né le 24 juillet 1899 dans la communauté de Tsleil-Waututh, située sur l’île-de-Vancouver, en Colombie-Britannique. Son véritable nom est Geswanouth Slahoot. C’est à l’école que l’on commence à l’appeler Dan George, après des tentatives infructueuses pour prononcer son nom indien.

Il a travaillé pendant près de 40 ans comme chauffeur de bus scolaire, ouvrier de construction, cowboy, etc.

Dans les années 1930, il commence à se consacrer à l’étude de la culture amérindienne, publiant ses récits, commentaires et essais sur la vie, les mœurs et les traditions des Premières nations. À l’époque, ce genre d’ouvrages était peu répandu et ce fut une découverte pour beaucoup de lecteurs.

En 1951, à l’âge de 52 ans, il est élu Grand Chef de la nation Tsleil-Waututh, poste qu’il occupa jusqu’en 1963.

À l’âge de 60 ans, en 1960, Dan George participe à la série télévisée Cariboo Country. On l’invite d’abord comme expert et conseiller, puis l’équipe de tournage de cette célèbre série de la CBC est charmée par le Grand Chef, ainsi que par ses talents d’acteur.

On lui propose donc le rôle de Ol’Antoine, un vieux sage Amérindien. Il reprend le même personnage dans le long-métrage Smith! de Walt Disney. Ce film est basé sur un épisode de la série, qui à son tour est inspiré d’un roman de Paul St. Pierre intitulé Breaking Smith’s Quarter Horse.

Plus tard, en 1970, Dan George joue dans le film Little Big Man, d’Arthur Penn, qui remporte un grand succés. On le propose pour l’Oscar du Meilleur second rôle. Il participe également à The Outlaw Josey Wales, Harry and Tonto, Americathon, à la série Centennial et aux premiers épisodes de la série Kung Fu, avec David Carradine.

Il interprète aussi plusieurs rôles au théâtre, dont le personnage du père de Rita Joe dans la pièce de George Ryga, The Ecstasy of Rita Joe. Cette pièce a fait le tour du Canada et des États-Unis.

Il a écrit et interprété une pièce pour un seul acteur, Lamentation pour la Confédération (Lament for Confederation), une dénonciation de l’appropriation des terres des indigènes par les colons. Cette pièce a été présentée à Vancouver lors des célébrations de la Fête du premier Centenaire du Canada, en 1967.

Pendant toute sa carrière d’acteur, Dan George a contribué à faire connaître les peuples amérindiens. Ses paroles furent souvent prises en considération par les autorités canadiennes.

Il enseigne la culture des Premières Nations et essaie de rectifier les fausses croyances sur ces peuples. Par exemple, il a toujours souligné que les Amérindiens au Canada n’ont jamais tenu leur arc verticalement, à la façon des Européens, mais plutôt horizontalement. Il a signalé à maintes reprises que les films d’Hollywood créent ainsi une fausse image des Amérindiens.

En 1971, Dan George fut nommé Officier de l’Ordre du Canada.

Il meurt à Vancouver le 23 septembre 1981. En 2008, Postes Canada a émis un timbre en hommage à Dan George.

Il est l’auteur de la célèbre phrase: “We are as much alive as we keep the earth alive.”