Allan Brooks était un grand naturaliste, ornithologue et illustrateur animalier. On le considère comme le fondateur de la taxidermie contemporaine.

Allan Brooks est né à Etawah, en Inde, le 16 février 1869. Son père, M. William Brooks, était ornithologue, il a donc encouragé son fils à devenir naturaliste. On raconte que dès l’âge de deux ans, le petit Allan commençait à aider son père.

En 1874, Allan Brooks est envoyé en Angleterre, où il habite avec sa grand-mère.

Ayant pris sa retraite, son père se rend en Ontario, dans la ville de Milton, où il commence à cultiver la terre. Allan le rejoint au Canada en 1872. En 1887, la famille du jeune Allan s’établit en Colombie-Britannique, près de Chilliwack.

Allan Brooks y étudie les oiseaux. Il fait des descriptions scientifiques de la faune et il envoie les récits de ses recherches à divers musées canadiens et américains. En 1897, il s’installe dans la Vallée de l’Okanagan, où il poursuit ses recherches.

Brooks fait de nombreux voyages d’exploration à travers la Colombie-Britannique. Il récolte un grand nombre de spécimens de la faune, parmi lesquels des éléments très rares qu’il donne au British Museum. Il découvre une quinzaine d’insectes. L’un d’eux est baptisé Nearctopsylla Brooksi. Il fait des centaines de dessins d’animaux et il illustre plusieurs albums et catalogues sur la faune de la Colombie-Britannique et des États-Unis.

Durant la Première guerre mondiale, Brooks, à l’âge de 45 ans, sert dans l’Armée canadienne comme franc-tireur. Lors des combats, il perd en partie ses facultés auditives.

De retour dans la Vallée de l’Okanagan, en avril 1919, M. Brooks reprend ses recherches, ses voyages à travers la Colombie-Britannique, ainsi que son travail d’illustrateur. À partir de 1931, il collabore au National Geographic Magazine.

En 1934, il entreprend avec sa famille un tour de monde à bord du paquebot «M.S. Aorangi». Pendant ce voyage, il réalise des centaines de dessins d’oiseaux.

De retour au Canada, il continue à travailler pour le National Geographic Magazine et pour plusieurs musées, dont le Musée Royal de l’Ontario.

Allan Brooks meurt le 3 janvier 1946, dans sa ferme de la Vallée de l’Okanagan.